Poutine a utilisé la propagande pour justifier la guerre de la Russie contre l’Ukraine. Les Russes l’achètent-ils ? – News 24

La Russie a envahi l’Ukraine la semaine dernière et l’une des questions récurrentes est : pourquoi ?

Pour le monde extérieur, la décision du président russe Vladimir Poutine de lancer une guerre non provoquée et inutile avec le deuxième plus grand pays d’Europe n’a pas beaucoup de sens stratégique. Il sera probablement être sanglante, prolongée et ruineuse pour l’économie russe.

Poutine, pour sa part, nous a dit ce qu’il pensait. Il estime que l’Ukraine est un pays illégitime et que son existence est un affront à la Russie. Ce type de rhétorique est généralement intégré dans un récit de grief plus large concernant les mauvais traitements infligés à la Russie sur la scène mondiale.

Mais à quoi tout cela ressemble-t-il à travers les yeux du citoyen russe moyen ?

L’Ukraine ne veut pas de cette guerre et n’a rien fait pour l’inciter – mais la réalité, en Russie, est incertaine. Poutine contrôle la télévision d’État et lorsqu’il diffuse des récits absurdes sur l’agression ukrainienne, il est crucial de se rappeler qu’il s’adresse à un public constamment bombardé de désinformation.

Si vous êtes un citoyen russe moyen, la guerre n’a peut-être pas l’air si spontanée et inutile. Vous pourriez croire que l’Ukraine essaie d’exterminer la population russe dans son est, que le gouvernement ukrainien est dirigé par des nazis et des toxicomanes, ou que l’Ukraine travaille clandestinement avec l’Amérique pour développer des armes nucléaires. Ou peut-être que vous ne croyez rien de tout cela mais que vous n’êtes pas tout à fait sûr de ce qui est vrai.

Il s’agit d’une stratégie de longue date en Russie : utiliser Internet et la télévision d’État pour inonder la société de propagande, diaboliser les institutions chargées de démystifier cette propagande, puis exploiter la confusion qui en résulte. Ce n’est pas hermétique – certains Russes voient clair dans les mensonges et il y a eu des protestations contre la guerre. Mais dans l’ensemble, la campagne d’information sur le front intérieur a été un succès pour Poutine, du moins jusqu’à présent – ​​en février, au milieu du renforcement militaire de la Russie le long de la frontière ukrainienne, il s’est vanté d’un taux d’approbation de 71 % parmi les Russes.

Un livre de 2019 de Peter Pomerantsev, intitulé Ceci n’est pas de la propagande, reste l’un des meilleurs regards sur le fonctionnement de l’écosystème de l’information en Russie. Pomerantsev est né à Kiev et il a ensuite travaillé comme producteur de télé-réalité en Russie, puis journaliste – et maintenant il est chercheur en désinformation à l’Université Johns Hopkins.

J’ai parlé avec Pomerantsev pour le dernier épisode de Conversations vocales, que nous avons enregistré vendredi dernier alors que les choses se détérioraient rapidement en Ukraine. Nous avons discuté de ce qui se passait sur le terrain là-bas, du rôle que la propagande a joué pour justifier cette guerre et de la question de savoir si la capacité de Poutine à fabriquer la réalité pourrait prendre fin.

Vous trouverez ci-dessous un extrait, édité pour plus de longueur et de clarté. Comme toujours, il y a beaucoup plus dans le podcast complet, alors abonnez-vous à Conversations vocales sur Apple Podcasts, Google Podcasts, Spotify, Stitcher ou partout où vous écoutez des podcasts.


Sean Illing

Tout d’abord, je sais que vous êtes né à Kiev et que vous avez probablement encore des gens là-bas, et honnêtement, je ne sais pas quoi dire d’autre que j’espère que tout le monde est en sécurité.

Pierre Pomerantsev

Ouais, c’est difficile, et les gens essaient de faire sortir les parents âgés et les enfants. C’est le principal en ce moment. Mais la plupart des gens essaient de rester. Ils ne veulent pas quitter leur pays. Et beaucoup de gens que je connais, j’aimerais qu’ils puissent partir parce que la plupart d’entre eux sont des journalistes ou des militants anti-corruption et ils seront parmi les premières personnes ciblées si Poutine prend le pouvoir.

Sean Illing

Il existe de nombreuses façons d’expliquer comment nous en sommes arrivés là, mais je veux vous parler du rôle de la propagande. Votre livre de 2019 parlait de cette nouvelle façon de gérer la réalité en Russie et peut-être pourrions-nous commencer par vous décrire ce qu’il y a de nouveau ou de différent à ce sujet ?

Pierre Pomerantsev

Eh bien, c’est une approche qui évolue constamment, et Poutine lui-même évolue constamment. Il avait l’habitude de travailler dans cet espace d’ambiguïté stratégique, où la propagande est très importante et le but est de semer la confusion et d’effrayer les gens, ce qui est quelque peu nouveau.

Mais maintenant, il semble être dans une phase très différente. Si vous regardez simplement les vidéos de lui, il est devenu un dictateur complètement fou et il s’agit d’agir et d’utiliser la propagande pour justifier l’acte.

Mais c’est très intéressant de voir que jusqu’à la fin, beaucoup de gens, même des Ukrainiens, n’ont pas cru qu’il envahirait. Même si les renseignements américains étaient si explicites sur ses plans, les gens disaient : « Il ne le fera pas. Certainement pas. » Mais est-ce une question de confusion sur la propagande, ou est-ce plutôt que les gens ne pouvaient tout simplement pas comprendre la possibilité d’une invasion comme celle-ci ?

Sean Illing

C’est une bonne question. Je suppose que je suis plus intéressé par le rôle que la propagande a joué (ou n’a pas joué) pour jeter les bases de cette guerre. Avant d’envoyer les troupes, il racontait divers récits sur l’Ukraine et la Russie à la télévision d’État et ailleurs afin de justifier son agression. Comment a-t-il pu le vendre ? Était-il capable de le vendre du tout?

Pierre Pomerantsev

À l’intérieur de la Russie, et c’est ce que je pense que vous demandez, ils ont poussé l’idée que tout cela est la faute de l’OTAN, que c’est la faute de l’Occident, et je pense que cela a définitivement fonctionné. Mais même si je pense que beaucoup de gens en Russie ont adhéré à cela, je ne pense pas que la plupart d’entre eux voulaient la guerre. C’est la différence ici. Malgré toute la propagande, Poutine n’a pas bien réussi à justifier la guerre.

Sean Illing

Oui, je pense que les dernières données de sondage que j’ai vues ont montré que Poutine a toujours quelque chose comme un taux d’approbation de 71 %, ce qui est élevé mais ne raconte peut-être pas toute l’histoire ici. Et peut-être que « vendre » n’est pas le bon mot. L’argument que vous défendez dans votre livre est que le type de propagande que la Russie fait actuellement n’est pas conçu pour persuader les gens. Il est conçu pour les confondre et les désorienter afin qu’ils ne sachent pas tout à fait quoi croire, puis ils finissent par s’abandonner au leader de l’homme fort.

Pierre Pomerantsev

C’est précisément ce dont il s’agit. Mais écoutez, il y a des choses plus profondes que ça. Nous vivons définitivement dans un monde confus plein de vilaines conspirations et vous avez besoin d’un Poutine grand et fort pour vous défendre – du moins c’est ce qu’il vend. Il ne s’agit pas de l’aimer. Il s’agit de ce sentiment que vous avez besoin d’un autocrate dans un monde si déroutant, dans un monde où la démocratie est une mascarade. C’est tout son truc. C’est le sentiment que nulle part les gens n’ont de libre arbitre et qu’il faut donc un autocrate.

C’est donc un message stratégique qu’ils véhiculent depuis des décennies, une sorte de cynisme qui vous rend dépendant. Mais il se passe quelque chose d’autre maintenant, qui a toujours été là, mais c’est beaucoup plus prononcé maintenant. C’est fascinant de le voir si nu parce qu’il est plus ancien dans le sens où il est en quelque sorte élémentaire. Nous l’associons généralement aux mouvements fascistes. C’est une propagande qui se complaît dans le sadisme et l’humiliation.

C’était très évident dans l’annonce de la guerre par Poutine, au cours de laquelle il a humilié tout le monde dans son cabinet, où il disait : « De quoi pensez-vous que nous ayons besoin ? Je veux ton avis, pas le mien. Et chacun d’eux devait dire : « Oh, nous voulons la guerre. Nous voulons la guerre.

Et l’un d’eux a en quelque sorte raté ses répliques, et Poutine a commencé à l’humilier très publiquement. Et ils avaient tous l’air terrifiés. C’était une démonstration d’humiliation dans un système qui est construit sur l’humiliation et un système qui veut que vous, le citoyen, aspiriez à ces dirigeants qui sont là pour vous protéger et vous blesser en même temps, ce qui est tout à fait un concept de leadership russe, et très ancré dans le langage que les gens utiliseraient autour du leadership.

Sean Illing

Vous pouvez entendre ce langage dans la façon dont Poutine parle de l’Ukraine.

Pierre Pomerantsev

Ouais, c’est plein d’agressivité et aussi profondément misogyne. Poutine parle de l’Ukraine soit comme la mère de toutes les villes russes, soit comme une putain, une prostituée, qui a trahi la Russie. Il fait tout le temps des blagues sur le viol sur la façon dont il va violer l’Ukraine.

Même s’il parle de choses comme des « sphères d’influence », ce qui ressemble à une idée géopolitique, si vous regardez attentivement, ce n’est pas très cohérent. Cela peut aller de l’Atlantique au Pacifique, ou partout où il y a un russophone, ou l’ancien empire. C’est toujours en train de changer. Ce n’est pas comme une garantie de sécurité ou quelque chose comme ça, ce qui est rationnel. Cela ressemble beaucoup à ce que les Allemands voulaient dire par Lebensraumqui est plus un sentiment psychologique impérial que les choses vous appartiennent et que vous avez été humilié et lésé et que vous devez les reprendre.

La propagande est vraiment devenue là-dessus. Le centre de celui-ci est le récit du grief. Il y a une excellente réplique d’Erich Fromm, le psychanalyste allemand qui s’est penché sur la propagande nazie. Il a dit que lorsque les puissants ont des récits de griefs, c’est en fait une façon pour eux de dire ce qu’ils veulent faire aux autres. C’est une façon d’expliquer ce que vous vous apprêtez à faire à d’autres personnes. C’est la méchanceté psychologique et palpitante de l’autoritarisme.

Sean Illing

Une fois que vous êtes à cet endroit, la vérité devient une catégorie non pertinente. C’est juste du pouvoir nu. Mentir et s’en tirer est certainement une démonstration de pouvoir, mais mentir d’une manière qui dit : « Bien sûr que je mens, mais cela n’a pas d’importance et vous ne pouvez rien y faire de toute façon. » C’est l’expression la plus pure du pouvoir car cela signale qu’un leader n’a même pas à faire semblant d’être responsable. Ils disent: « Je suis au-delà de toute responsabilité, la réalité m’est responsable. »

Pierre Pomerantsev

Ouais, c’est une chose très ancienne, et Poutine le fait définitivement. En disant que j’ai le pouvoir sur la réalité, il dit que j’ai le vrai pouvoir. Ce qui m’intéressait toujours n’était pas seulement la partie sur le pouvoir. C’est toujours aussi une question de plaisir. Les gens aimaient coller deux doigts à la triste réalité. Il y a une énergie qui vient avec cela et je pense que cela faisait également partie de l’attrait de Trump.

Mais encore une fois, je pense que Poutine est dans une phase légèrement différente. Tout cela est toujours là, mais les propagandistes intelligents sont maintenant au bord du pouvoir. Vous n’avez pas besoin de propagande intelligente dans un État policier. La phase de la Russie sur laquelle j’écrivais en 2019 était un type de jeu violent mais encore plus ludique, où la Russie essayait au moins de prétendre qu’elle jouait selon les règles du système mondial.

Ce n’est pas où il est maintenant. La Russie est désormais un État policier sur le plan intérieur et un empire ouvert sur le plan international. Il ne se cache plus. Et cela révèle le cœur psychologique brut du fascisme.

Sean Illing

Donc, vous pensez vraiment que les conneries que Poutine raconte à propos de l’Ukraine sont devenues moins importantes à ce stade ?

Pierre Pomerantsev

Dans les moments de panique, je pense que certaines personnes peuvent encore s’accrocher à cette idée que les Ukrainiens sont mauvais et que la Russie a raison, ou que les Ukrainiens viennent nous tuer. Mais vous savez, vous ne pouvez pas garder les gens dans cet espace très longtemps.

Même en remontant aux grands rassemblements hitlériens, ces effets ne dureraient pas très longtemps. Célèbre, les gens rentraient chez eux et disaient: « Ah, qu’est-ce que je viens de faire? » Il est donc très difficile de garder les gens hystériques.

Sean Illing

Je sais que Poutine reste assez populaire en Russie, mais il y a des signes de fissures ici. Les gens protestent et il ne semble pas qu’ils achètent cela comme ils ont peut-être acheté certaines des mésaventures précédentes de Poutine. Il n’est même pas clair que les oligarques qui soutiennent Poutine soient tout à fait dans le coup. Est-il possible que Poutine ait surjoué sa main ici ? Est-il possible que les réalités matérielles du terrain le rattrapent enfin ?

Pierre Pomerantsev

Je l’espère bien, mais pour cela, il faut de vraies sanctions. [Editor’s note: New and tougher sanctions against Russia were announced by the US and other nations in recent days.] Les sanctions doivent être beaucoup, beaucoup, beaucoup plus fortes. Donc, si nous y arrivons, si les sanctions commencent vraiment à saper la popularité de Poutine, alors nous pourrions voir de véritables fissures même parmi les élites et cela pourrait conduire à une situation de coup d’État de palais.

Mais nous devons le maintenir. Nous devons préciser que Poutine est un défi pour le monde, pas seulement pour la Russie, ou pas seulement pour ses voisins. Il est un défi fondamental à tout ce que la démocratie en Europe représente, ou est censée représenter. Et nous devrons faire de vrais sacrifices pour vaincre cela.

Pour entendre la suite de la conversation, Cliquez iciet assurez-vous de vous abonner à Conversations vocales au Podcast Apple, Podcasts Google, Spotify, Brodeuseou partout où vous écoutez des podcasts.

We want to thank the author of this article for this amazing web content

Poutine a utilisé la propagande pour justifier la guerre de la Russie contre l’Ukraine. Les Russes l’achètent-ils ? – News 24

Debatepost